BLOG

INOVA: Oasis of Innovation in the West African Desert

Today we continue our series on mobile financial services in francophone West Africa on the CGAP and Mobile Money for the Unbanked blogs.  A couple days ago, we blogged about the emerging ecosystem of branchless banking providers in Senegal and yesterday, our colleagues at GSMA highlighted Wari, a regional payments platform. Today we’d like to draw attention to one particular branchless banking provider, this time in another country in the WAEMU region. INOVA is an e-money issuer based in Burkina Faso. We’ve gotten to know this business over the last couple of years and we think you’ll enjoy a snapshot look into their work in a challenging market. I sat down with INOVA’s CEO Mahamoudou Ouedraogo to ask him the questions below.  

Please scroll down to read this article in French.

1. Describe your product offering in the Burkina market and explain how INOVA is different from a branchless banking service offered by a bank or a mobile operator.
 
First of all, the Inovapay mobile wallet can be opened remotely by the customer from their mobile phone, on the Internet or in person at an INOVA location. The customer is spared all the red tape associated with opening a bank account. Moreover, regardless of the customer’s mobile operator or whether they are banked or not, they can benefit from our Inovapay wallet. It is easy and inexpensive with a minimum deposit of just 500 FCFA (1 USD) and a monthly maintenance fee of 100 FCFA (0.20 cents).
 
INOVA offers several services through the multi-channel wallet including deposits, withdrawals, transfers, merchant and bill payments, insurance premium payments, and mobile top-ups. In addition, the multi-channel wallet is accessible in real time through the mobile phone, the Internet, and cards at ATMs and POS machines.
 
In summary, we want to offer an easy way for customers to manage their money without the hassles that they face from many other financial service providers.
 
2. In all honesty, Burkina Faso seems to me to be a difficult environment in which to launch a business like INOVA. What were your motivations? What are the needs in the market that you are trying to meet?
 
It is true; our banks have little or no support mechanisms for an initiative such as ours. It is a new company in a new industry. The banking culture is weak with a penetration rate of less than 5%, and this after five decades of presence on the ground. The launch of such a new industry must be accompanied by behavior change in the way people interact with their money, which is obviously a long process.
 
However, mobile telephony has a penetration rate of more than 30% and has managed to transform habits in less than a decade. It affects all classes of society and geographically covers almost the entire country.
 
At INOVA we are convinced that success in financial inclusion must come through the proximity of services and the availability of useful tools. In the case of mobile banking, it is a simplified solution that aims to bring real solutions as proposed by INOVA. In a market that needs almost everything in terms of financial services, we have ambitions to create and offer such financial services that are available to everyone through electronic payments that are easy and secure to use.
 
3. You offer a multi-channel technology – Internet, cards, mobiles. Why this approach?
The idea of a multi-channel wallet allows us to remove a number of constraints:
  • It avoids unnecessary trips (for example, by paying one’s bill from the mobile phone);
  • It address the question of the availability of the service 24 hours a day (for example, if one channel is not available, we can fall back on another);
  • It creates a product that is accessible to everyone according to their own personal preferences (for example, some people will prefer cards over mobile, or others will prefer mobile over Internet);
  • It takes into account the challenge of illiteracy;
  • It innovates smoothly and not disruptively in order to avoid possible resistance to change;
  • It provides a service of proximity that is extremely accessible, in spite of the poor infrastructure of the country.
4. It’s quite impressive that, as a start-up, you were able to negotiate a partnership with Western Union to receive remittances from anywhere in the world into the Inovapay wallet and also to send money from the wallet anywhere in the WAEMU region. How did you achieve this and what has been the impact of this partnership on your business so far?
 
Western Union was convinced by the technical quality of the INOVA platform and was also assured by the approval of the BCEAO. In addition, they were impressed by the quality work of our technical teams. This led to the certification of our technical and operational platform after several months of work to offer Western Union over the mobile channel.
 
I’m sure you can appreciate that this provides INOVA with a stamp of approval and international recognition. This gives us the advantage of gaining a lot of external interest in our company and a larger audience for our marketing messages. At the national and sub-regional level, it has helped us convince the market of the quality of our service and to see us as a creative and innovative company.
 
5. What are your biggest challenges today?
 
Our biggest challenges to date are:
  • To find funding partners who can assist INOVA in our ambition to be present in the 8 WAEMU countries and also those of ECOWAS;
  • To reach 15 million customers in WAEMU in the next 5 years;
  • To advance the bancarization rate in a significant way by making account opening common and easy;
  • To serve as a powerful tool for financial inclusion.
6. What is the one thing you want readers of this blog to know about INOVA?
 
INOVA is an African initiative that started in Burkina Faso. It is the first e-money issuer authorized by the central bank to offer services of its kind. It is the first company to have a top-notch platform for the Inovapay wallet developed and implemented in the developing world, offering services that are multi-channel, multi-operator, multi-currency, multi-lingual, and multi-institutional.
 
Thank you M. Ouedraogo and we wish you the best of luck with your ongoing work.
 
 
INOVA : Une Oasis d’innovation nichée dans le désert Ouest-africain
 
Cet article est le troisième volet de notre série sur le thème des services financiers mobiles en Afrique de l’Ouest Francophone diffusée sur les blogs du CGAP et du programme Mobile Money for the Unbanked de la GSMA. Avant-hier, nous avons a posté un article sur l’écosystème émergent des fournisseurs de banque à distance au Sénégal. Aujourd’hui, nous mettons en lumière un fournisseur particulier, cette fois-ci dans un autre pays de la zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine). INOVA est un émetteur de monnaie électronique non bancaire basé au Burkina Faso, et est le premier déploiement de mobile money actif dans ce pays.” Nous avons eu la possibilité de mieux connaitre cet établissement au cours des deux dernières années et nous pensons qu’il est intéressant de vous faire part d’un aperçu de leur travail dans un marché difficile. J’ai eu l’opportunité de rencontrer le Directeur Général d’INOVA, M. Mahamoudou Ouedraogo, et de lui poser les questions suivantes :
 
1. Pouvez-vous décrire votre offre de produits sur le marché burkinabé et expliquer comment INOVA est différent des services de banque à distance proposés par les banques ou les opérateurs mobiles?
 
Tout d’abord, le porte-monnaie mobile d’Inovapay s’ouvre à distance par le client à partir de son téléphone mobile ou par Internet ou auprès d’un de nos agents dans une agence INOVA. Le client n’a pas à subir toutes les tracasseries administratives liées à l’ouverture d’un compte bancaire. En outre, quel que soit l’opérateur mobile du client, et qu’il soit bancarisé ou non, il peut bénéficier de notre porte–monnaie mobile Inovapay. C’est facile et peu onéreux: le dépôt minimum est de 500 FCFA (1 USD), et les frais de maintenance mensuels sont de 100 FCFA (0.20 cents USD).
 
INOVA offre plusieurs services à travers le porte-monnaie multi canal, y compris dépôts et retraits, transferts, paiements marchands et de factures, paiements de primes d’assurance, et achat de crédit téléphonique. En plus, le porte-monnaie multi canal est accessible en temps réel par téléphone mobile, Internet, auprès de GAB (distributeurs d’argent) et de TPE (Terminal de paiement électronique).
 
En résumé, nous voulons offrir un moyen facile pour les clients de gérer leur argent sans les nombreux tracas qu’ils rencontrent auprès d’autres fournisseurs de services financiers.
 
2. Pour être tout à fait franc, le Burkina Faso semble être un environnement difficile pour lancer une entreprise comme INOVA. Quelles étaient vos motivations? Quels sont les besoins que vous avez identifiés sur ce marché, et auxquels vous voulez répondre ?
 
Il est vrai que nos banques disposent de peu ou pas de mécanismes d’accompagnement d’initiatives comme la nôtre. Nous sommes une société nouvelle dans une industrie nouvelle. La culture bancaire est très faible avec un taux de pénétration de moins de 5% et ceci après 5 décennies de présence sur le terrain. L’implantation d’une telle industrie doit s’accompagner d’un changement des comportements en matière financière, ce qui est un processus pouvant être long.
 
Cependant la téléphonie mobile est à un taux de pénétration de plus de 30% et a réussi à transformer les habitudes en une dizaine d’année. Elle touche toutes les couches sociales et couvre géographiquement presque tout le territoire.
 
A INOVA, nous sommes convaincus que la réussite de la bancarisation doit passer par la proximité des services et la disponibilité des outils. En l’occurrence le « mobile  banking » comme le propose INOVA est une solution simplifiée et populaire qui épouse ces critères.
 
Dans un marché qui a besoin de  presque tout en matière de services financiers, nous avions pour ambitions de créer et d’offrir des services financiers disponibles pour tous par des moyens de paiements électroniques accessibles, faciles à utiliser et sécurisés.
 
3. Les services que vous proposez sont accessibles à partir d’une multitude de canaux – Internet, cartes, mobiles. Pourquoi cette approche?
 
Le concept de porte-monnaie multi canal permet de lever un certain nombre de contraintes :
  • Eviter les déplacements inutiles (payer sa facture à partir de son téléphone) ;
  • Régler la question de la disponibilité du service 24H/24 (si un canal n’est pas disponible, il est possible de se rabattre sur un autre) ;
  • Créer un produit accessible à tous selon les sensibilités individuelles (certains vont préférer Internet au mobile) ;
  • Prendre en compte le challenge de l’alphabétisation ;
  • Innover dans la continuité et non dans la rupture afin d’éviter le plus possible la résistance au changement ;
  • Fournir un service de proximité hautement disponible, malgré la faiblesse des infrastructures du pays.
 
4. Il est assez impressionnant qu’en tant que start-up, vous ayez été en mesure de négocier un partenariat avec Western Union afin de recevoir des transferts internationaux de partout dans le monde dans les porte-monnaie électroniques d’INOVA, et aussi d’envoyer de l’argent depuis les porte-monnaie dans toute la région de l’UEMOA. Comment l’avez-vous accompli et quel a été l’impact sur votre entreprise à ce jour ?
 
Western Union a été convaincu par la qualité technique de la plateforme d‘INOVA et avait aussi l’assurance de l’agrément de la BCEAO. En outre, ils ont été impressionnés par la qualité de travail de nos équipes techniques. Ceci a abouti à une certification technique et opérationnelle de notre plateforme après plusieurs mois de travail afin de  proposer Western Union sur mobile.
 
Vous comprenez bien que ceci constitue pour INOVA un label de qualité et une reconnaissance au niveau international. Ce qui a pour avantage de réveiller beaucoup d’intérêts pour notre société et une meilleure audience de notre message commercial. Au niveau national et sous régional, cela a achevé de convaincre le marché sur la qualité de notre offre et de nous voir définitivement comme une société innovante et créative.
 
5. Quels sont vos plus grands défis?
Nos plus grands défis à ce jour sont :
  • Trouver des partenaires financiers qui pourront accompagner INOVA dans son ambition de conquête des 8 pays de l’UEMOA et ceux de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) ;
  • Atteindre 15 millions de clients dans l’UEMOA dans les cinq prochaines années ;
  • Faire progresser le taux de bancarisation de façon significative en facilitant l’ouverture d’un porte-monnaie mobile ;
  • Servir de puissant levier pour l’inclusion financière.
6. Quelle est la chose que vous voulez que les lecteurs de ce blog connaissent d’INOVA?
INOVA est une initiative africaine qui a pris naissance au Burkina Faso. C’est le premier établissement financier de monnaie électronique agréé par la banque centrale à offrir de tels services et à disposer d’une plateforme de rang mondial « Inovapay », développée et mise en œuvre dans le « SUD » et qui soit multi canal, multi opérateurs, multi devises, multi lingues et multi institutions.
 
Merci M. Ouedraogo et bon de courage pour la suite.
 
 

Comments

11 September 2012 Submitted by Anonymous (not verified)

J’ai lu avec un grand intérêt cet article. J’ai une longue expérience dans la microfinance dans mon pays la RDC et depuis maintenant près de 12 ans je travaille dans une banque commerciale. Je suis très intéressé par cette innovation et voudrais en savoir plus dans le but éventuellement de l’étendre dans mon pays. Comment puis-je faire?

Add new comment